Poème "La Flûte" (Al-Nay)Khalil Gibran

Publié le par Mél'O

"Donne-moi la flûte, et chante

 

Le chant est le secret de l’existence

 

Le murmure de la flûte perdure

 

Au-delà de l’existence

 

As-tu pris les forêts pour refuge

 

Au lieu des palais comme moi ?

 

As-tu suivi les cours des ruisseaux

 

Et escaladé les plus hautes cimes ?

 

As-tu pris un bain des senteurs des fleurs

 

Puis séché avec une cascade de lumière ?

 

As-tu bu l’aurore comme Exilir Dans des verres fous de désir ?

 

Donne-moi la flûte, et chante

 

Le chant est le secret de l’existence

 

Le murmure de la flute perdure

 

Au-delà de l’existence.

 

T’es-tu assis après le midi à même le sol

 

Entre les vignes sous les grappes suspendues

 

Comme des lustres d’or ?

 

T’es-tu assis après le midi à même le sol Entre les vignes sous les grappes suspendues

 

Comme des lustres d’or ?

 

T’es-tu étendu dans la prairie

 

Et drapé du ciel de la nuit ?

 

T’es-tu étendu dans la prairie

 

Et drapé du ciel de la nuit ?

 

Oubliant comme Anachorète l’avenir

 

Laissant le passé périr ?

 

Donne-moi la flûte et chante

 

Le chant est la justice des cœurs

 

Et le murmure de la flûte perdure

 

Après la purification des péchés.

 

Donne-moi la flûte et chante

 

Oublie la maladie et le remède

 

Les êtres ne sont que des lignes écrites avec l’eau...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JAMIL BERRY 28/04/2013 18:18

« A3TINIL NAYA WA 8ANNI »

POEME DE GIBRAN K. GIBRAN Chanté par FAIROUZ .
( TRADUCTION FAIT MAISON ! )



PASSES MOI CETTE FLÛTE ARTISANALE ET CHANTE
LE CHANT SECRET D’ETERNITE CONFIÉ AU VENT
LE GÉMISSEMENT DE LA FLÛTE
S ‘ ENTENDRA ENCORE AUTANT
LORSQUE LE MONDE SERA NEANT

AS -TU COMME MOI
RENONÇANT AUX CHATEAUX,
SUIVI LES COURS DE L’EAU
ELU LES BOIS POUR DOMICILE
ESCALADÉ LES ROCHERS DOCILES ? …

LES PARFUMS ONT-ILS ETE TON EAU ?
ET LA LUMIÈRE UNIQUE SERVIETTE
ÉPONGEANT TA PEAU ?…

L’AURORE FUT-ELLE TON VIN
ET SA BRISE AUTANT DE VERRES FINS

T’ES – TU COMME MOI ASSIS AUX VEPRES
DANS L’ENCLOS DES VIGNES
AUX GRAPPES , PENDUES ET DIGNES
ALOURDIES D’OR COMME DES LUSTRES

AS TU PRIS L HERBE POUR COUCHE
ET LE CIEL POUR COUVERTURE
HERMÉTIQUE AU FUTUR
AMNÉSIQUE DU PASSÉ ET SA SOUCHE

DONNES MOI CETTE FLÛTE ARTISANALE
ET CHANTE
LE CHANT N’EST QUE JUSTICE DES CŒURS

CHANTE , CHANTE ,

OUBLIANT REMEDES ET MALHEURS
LES GENS NE SONT QUE DES LIGNES
ECRITES À L' EAU ET AUX LEURRES …

(TRADUCTION Du DR. JAMIL BERRY )