Quand je suis nature

Publié le par lorvertdudecor.over-blog.com

arbres4   J'ai le stylo enrhumé, il coule,
Je devrais le poser mais je m'en bats les ...
Même la feuille mouillée, même ma vue qui se trouble,
ne me feront jeter l'encre, aux requins la grande trouille!

Même si j'ai mauvaise mine, j'affûte mon crayon,
Même que si t'es sympa, je te dessine un mouton,
En éternelle enfant, je parle animaux,
et tente avec eux de mettre des mots sur nos maux.

Toi l'ami qui même la nuit regarde encore sa montre,
Laisse-moi te montrer une chose et enlève donc des pompes.
Viens t'asseoir avec moi au bord de la rivière,
Les pieds dans l'eau,
on écoutera les oiseaux se taire.
Le coeur en haut et les mains dans la terre.

Je te raconterai comment j'ai trouvé cet endroit...

                     .......................

C'était un jour comme les autres, les enfants mourraient de faim, les gens se tiraient dessus pour des terres dont ils ne prenaient pas soin, ça avait un goût de fin, un air de sonate (la n° 14 de Beethoven, celle qui fait froid dans le dos).

J'ai croisé un oiseau, je lui ai dit: " Je me sens comme un ara sans plume, comme un singe sans arbre."

Il m'a répondu:" Si tu veux t'envoler,il faut que tu grimpes d'avantage, suis ton chemin, trace ta route, change de paysage. cuicuicuicui", la fin j'ai pas compris.  Et derrière le nuage, ses ailes l'ont emmené.

A fleur de peau, j'ai foulé l'herbe,
Sur le chemin j'ai pas eu de pot.
Une tortue m'a fait une queue de poisson, un étalon m'a posé un lapin,
j'ai eu quelques lézards, j'ai trouvé la petite bête...

Mais au fil des saisons mes idées bourgeonnaient,
De plus en plus souvent je croisais des pinsons,
J'ai semé des graines et planté la pression.
Je me suis mise au vert,
J'ai appuyé sur le champignon,

Et au sommet d'une montagne, j'ai découvert un arbre.
Je lui ai dit: "Hey, vieille branche, je peux monter pour voir l'horizon? D'en bas, on n'y voit rien, je ne sais plus où j'habite.."

Il m'a dit: "Bien-sûr, mais avant enlève tes nike air à double scratch et semelles intermédiaires anatomiques, en cuir dessous et  en mesh anti-transpirant au dessus qui clignotent quand tu marches .., ici tu n'en auras pas besoin"

Je lui ai dit : "Pas de problème. Ca tombe bien, elles commençaient à me faire mal aux pieds."

Et les pieds nus sur l'écorce lisse, je me suis approchée des nuages,
Là haut, j'ai cru comprendre ce que le vent racontait.
Les montagnes à l'unisson dévoilaient leurs secrets,
pendant que  le ciel au plafond se déshabillait.

J'ai su que c'était là que se trouvait ma maison.

                   .................

Laissez moi croire à un monde meilleur,
Laissez moi voir encore l'or vert du décor.

                                                    M.T
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

moon 01/03/2010 15:05


Quand je suis nature....très joli texte aux parfums d'écorce qui couvre les Dois,aux essences de racines et encore de sous-Moi(le ça).Se débarrasser des lumières clignotantes de "l'avoir" pour
enfin s'éblouir de "l'aura " Il est très agréable de se promener dans les bois de ton blog..là où les loups méchants "n'éniquent pas"... Quand je suis Nature ,quand je deviens Mature.... Tendres
bisous M.T
Moon


tif 01/03/2010 09:59


J'adore Mélo! Vraiment! Bisous!