Singes et automédication

Publié le par Mél'O

P1090561-copie-1.JPG

Après avoir découvert qu'ils savaient utiliser des outils et qu'ils étaient doté d'un système de communication développé, nous avons réalisé que de nombreuses espèces de singes utilisent les plantes pour se soigner.

 

Depuis quelques années, les chercheurs les observe afin de trouver des remèdes pour nos propres maux. C'est la zoopharmacognosie, discipline qui consiste à analyser en laboratoire les plantes utilisées par les singes dans le but de mettre au point de nouveaux médicaments.

Mais cela ne date pas d'hier. De nombreuses communautés traditionnelles constituent leur pharmacie en observant les singes depuis fort longtemps.

 

Comme les chiens et les chats qui avalent de l’herbe pour se purger, les singes sentent d’instinct qu’en cas de douleur ou d’épuisement un additif alimentaire peut leur être utile.

Ainsi, on a vu des chimpanzés avaler des feuilles de ficus qu'ils ne consomment pas en temps normal en cas de plaie infectée. Après analyse, il s'est avéré que la plante agissait comme un antibiotique.

On a vu des macaques creuser des trous et manger la terre qui se trouvait à une certaine profondeur. Cette terre contenait une forte concentration de kaoline, substance antidiarrhéique.

 

Les primatologues ont observé un autre comportement dans des colonies de chimpanzés d’Afrique.
Habituellement, les singes grignotent des fruits qui sont à proximité de leur territoire. Mais, dans ce cas précis, les singes n’hésitent pas à marcher près d’1/2 heure pour trouver une Aspilia, une plante de la famille des tournesols.
Ils ne semblent pourtant pas du tout en apprécier le goût, plissant le nez d’un air dégoûté en avalant cette purge.
Les biologistes ont analysé cette plante. Elle renferme une substance qui extermine parasites et champignons.


Mieux encore. Les chimpanzés se gavent d’avantage de plantes médicinales pendant la saison des pluies. C’est à ce moment là que pneumonies et autres maladies sont les plus fréquentes.

Pour lutter contre les toxines végétales empoisonnées, les singes ingèrent du charbon de bois. Pour repousser les insectes ils se frictionnent le corps avec des tiges de clématites et agrumes ou d'autres plantes .

 

Ils choisissent la plante par l'odorat et la reconnaissance visuelle. Chaque groupe de singes a ses plantes et ses méthodes de prédilection pour se soigner et cela se transmet de génération en génération !

Pour tuer les parasites,ils mangent des feuilles rugueuses qui agissent comme du " velcro". Ils en avalent plus d'une centaine et l'estomac ne pouvant  les digérer toutes, elles poussent sur leur passage les vers dans l'intestin et les expulsent.

Autre méthode plus douce: ils utilisent la Vermonia, plante qui contient une sève acide et toxique qui tue les vers parasites.

 

Mais les chimpanzés font beaucoup mieux:

D'après Sabrina Krief, vétérinaire et maître de conférence au Muséum d’histoire naturelle, « en mastiquant, par exemple, une trentaine de feuilles de Trichilia rubescens, une plante amère et irritante dont l’action équivaut à celle de la chloroquine, un antipaludique, puis en avalant aussitôt après une poignée de terre argileuse qui atténue l’effet toxique de la plante, ils soignent une forme de paludisme dont ils sont atteints. Une plante plus de l’argile. Deux éléments associés. On n’est pas loin d’une posologie primitive... »

 

Autre fait surprenant, on s'est rendu compte que chez les singes hurleurs, au Costa Rica, certaines femelles avalaient avant et après la copulation, et uniquement à ce moment là, une herbe bien spécifique. Cela n'a pas encore été prouvé  mais les scientifiques ont constaté qu’avec l’absorption de cette herbe, malgré la copulation, les femelles n’étaient jamais enceintes.

 

Cela ne s'arrête pas là, car ces même singes sauraient suivant les besoins du groupe décider du sexe de leur enfant, en absorbant des plantes spécifiques avant et après la copulation. (Ces plantes auraient peut-être la propriété d’altérer l’acidité de leur vagin.)

 

Il semblerait que la nature ait encore beaucoup à nous apprendre...

Commenter cet article